Devenir écrivain public serait-il à la mode ? Nombreuses sont les demandes de renseignements sur le métier d’écrivain public reçues par téléphone ou email. Pour des raisons évidentes de temps, il n’est pas possible de répondre à chacun…

Cet article a donc pour but de répondre aux questions les plus fréquentes.

Un diplôme est-il exigé ?

Non, aucun diplôme n’est exigé pour exercer le métier d’écrivain public. La profession n’est, en effet, pas (encore) réglementée. Néanmoins, diverses formations ont vu le jour et dispensent un enseignement à ceux qui souhaitent devenir écrivain public.

Citons notamment :

  • la formation “Écrivain public” du CNED ;
  • la licence professionnelle “Conseil en écriture professionnelle & privée Écrivain public” de la Sorbonne Nouvelle Paris 3 ;
  • le DU “Écrivain public/Auteur conseil” de l’université de Toulon-Var ;
  • la formation dispensée par le cabinet Françoise Peters.

Quelles sont ses missions ?

L’écrivain public met sa plume au service des autres ; il propose donc tout type de mission liée à l’écrit. Certains écrivains publics se spécialisent, mais la plupart proposent des prestations de rédaction, correction et réécriture. Quant aux domaines d’intervention, ils sont variables : lettres et courriers, mais aussi travaux étudiants, supports de communication (plaquettes, brochures, sites web, etc.) ou encore biographies et récits de vie.

Où exercer ?

Le métier d’écrivain public peut s’exercer de plusieurs manières et à plusieurs endroits : travail à domicile, exercice en cabinet ou directement au sein d’une collectivité (mairie notamment…).

Quelles sont les qualités requises ?

Être écrivain public peut sembler facile. Aucun diplôme n’est requis, il suffit de savoir écrire, me direz-vous.  Néanmoins, outre une orthographe irréprochable, il faut pouvoir être capable de se mettre dans la peau de son client, d’être à son écoute pour “coller” réellement à sa demande. Et puis, écrire ne fait pas tout : une bonne dose de sens commercial et d’organisation est indispensable, sans négliger les aspects, administratifs notamment, liés à la gestion d’une entreprise.

Peut-on vivre de son travail lorsque l’on rédige pour les autres  ?

Oui, c’est possible, et heureusement ! Mais il ne suffit pas de se déclarer écrivain public pour en vivre. Nombreux sont les écrivains publics contraints de mettre la clé sous la porte ou de reprendre une activité complémentaire faute de revenus suffisants. Car une clientèle ne se construit pas en quelques semaines, ni même en quelques mois. Sachez que si vous vous lancez, de la ténacité et de la patience seront nécessaires.

*

Avant de vous lancer dans le métier d’écrivain public, faites donc bien le point sur les raisons qui vous poussent vers cette profession !

Crédit photo : Pixabay.com

Pin It on Pinterest

Shares
Share This