Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler de quelqu’un que j’aime beaucoup… Elle est sympa, créative, et s’occupe non pas de votre communication écrite (ça, c’est le rôle de votre écrivain public 😉) mais de votre communication visuelle… Qu’il s’agisse de la création de votre logo, de votre flyer, de vos cartes de visite, ou même de la mise en page de votre CV, elle assure. Cette graphiste/designer de talent n’est autre que Sophie de Mélimotifs.

Bonjour Sophie, ravie de t’accueillir sur le blog ! Pourrais-tu te décrire en quelques mots ?

Bonjour Séverine et merci pour ton accueil. J’ai 32 ans, 3 enfants, et je suis graphiste en freelance. Ma société a pris le nom de Mélimotifs, et on me connait sur le net sous le pseudo Méliso. Je suis d’un naturel plutôt enthousiaste et passionné, j’aime la vie, le rythme et les rencontres, et je suis internet addict (et je ne me soigne pas !).

Quel a été ton parcours avant la création de Mélimotifs ?

Plutôt chaotique. Sans réelle idée de ce que je voulais faire, je me suis orientée après la terminale vers un BTS Tourisme. Avec ce dernier en poche, j’ai travaillé deux ans en agence de voyages. J’y ai découvert que j’étais intéressée par le contact, les rencontres, les échanges, parfois même un peu la psychologie : la communication de façon globale en fait. C’est à cette occasion que j’ai réalisé mes premières affiches : je m’étais autoproclamée responsable de la vitrine. Je créais les affiches promotionnelles, en découpant des photos dans les brochures et le texte imprimé à l’ordinateur ! Cette expérience m’a permis de me découvrir mais aussi de me rendre compte que je n’étais pas faite pour un métier commercial. À la naissance de mon aînée, j’ai choisi de m’occuper de mes enfants, pour leur plus grand bonheur. Afin d’assurer une subsistance au foyer, je me suis mise à m’occuper également de ceux des autres, et pendant 10 ans j’ai alors exercé en tant qu’assistante maternelle agréée, afin de rester à la maison.

Qu’est-ce qui t’a poussée à créer ton entreprise ? Un déclic ?

Bizarrement ça n’a jamais été un déclic, car depuis toute petite j’avais décidé :
–          Que j’aurais 3 enfants
–          Que je serais mon propre patron
–          Que je publierais un roman

Oui, il reste encore le troisième volet à accomplir… Néanmoins, la fibre de l’entreprenariat était là dès le départ. J’ai mauvais caractère, je suis autodidacte, et je n’ai confiance en personne : être mon propre chef n’était qu’une évidence, un besoin.

Tu es graphiste/designer freelance. Quelles sont plus précisément tes prestations ? Tu es spécialisée dans le print, mais proposes-tu également des services pour le web ?

En fait, j’aide des entreprises soit lors de leur création, soit dans le cadre de leur développement commercial. Nous œuvrons ensemble à construire des outils de prospection, des documents commerciaux et publicitaires, qui soient pertinents, cohérents, en adéquation avec la cible visée, le message à transmettre, la philosophie de la société. Cela va de la simple carte de visite au stand roll-up en passant par des brochures, des magazines, la création d’une identité visuelle (logo et charte graphique)…

Par goût et en fonction de mes compétences de base, j’avais opté pour me spécialiser dans l’impression. Néanmoins il faut savoir vivre avec son temps, et j’ai de plus en plus de demandes pour du webdesign (création de bannières, boutons, icônes, templates de page web…). Pour continuer dans cette voie, pour fournir des designs faciles à intégrer par le développeur derrière, et même pourquoi pas un jour créer moi-même mes propres sites, je suis en train de suivre une formation en CSS et HTML. A priori, je m’oriente plutôt vers de la création de sites à partir de WordPress, mais rien n’est encore défini précisément, et pour l’instant ce projet n’est pas encore opérationnel. J’espère le concrétiser d’ici 1 an.

Mélimotifs vient de fêter ton deuxième  anniversaire. Quelles sont les principales difficultés auxquelles tu as dû faire depuis la création de ton entreprise ?

La première a été de définir ma cible. Au départ j’avais décidé d’orienter mon offre vers les associations, car leurs besoins de communication sont importants mais elles n’ont pas le réflexe d’externaliser cette tâche. Au final, je me concentre en fait plutôt sur les TPE et PME : j’aime la relation et le contact, je privilégie donc des entreprises à taille humaine, ave un ou deux interlocuteurs particuliers avec lesquels je peux tisser une relation de confiance.

La seconde difficulté a tout simplement été d’ordre financier et familial : j’ai été contrainte de continuer une activité salariée afin de subvenir aux besoins de ma famille, ce qui a forcément ralentit le développement de Mélimotifs.

Quel est ton meilleur souvenir en tant que chef d’entreprise ?

L’été dernier, j’ai répondu à un appel d’offres pour un gros projet, proposé par un grand groupe industriel. Je me souviens encore avec émotion de ce jour où j’ai reçu le coup de fil m’informant que c’était mon devis qui avait été retenu : les fourmis dans l’estomac, les mains tremblantes et crispées sur le téléphone, la joie intense…  C’était un vrai moment de bonheur !

La concurrence est rude. As-tu mis en place une stratégie particulière pour te faire connaître ?

J’ai découvert le SEO et m’y suis mise sérieusement grâce au livre d’Olivier Andrieux, j’ai une page fan facebook que j’essaie d’alimenter régulièrement avec du contenu de qualité. Le blog Mélimotifs marche bien grâce aux tutoriels, même si ces derniers mois je n’ai pas été aussi assidue que je l’aurais voulu (mais je vais me rattraper). Enfin et surtout, j’essaie d’avoir un site attrayant avec un portfolio qui présente bien mes meilleurs travaux. Il faut que mon style et mon univers transparaissent pour attirer le prospect, et que ce style lui convienne.

Effectivement, la concurrence est rude dans le graphisme, mais nous avons aussi la chance d’avoir un potentiel de clients absolument énormissime : tous les artisans, commerçants, associations, institutions, organisations, entreprises et société de France et d’ailleurs ! Alors j’estime qu’il y a de la place pour tout le monde.

Septembre 2012 marque un tournant dans le développement de Mélimotifs. Peux-tu nous en dire davantage ?

Le gros changement effectivement vient du fait que je me consacre à ma société à 100 % : je n’ai plus d’activité salariée, et j’ai fortement réduit mes activités associatives. C’est un vrai challenge pour la famille, mais aussi pour moi-même. Ce sera une année test, mais pour l’instant tout se présente sous les meilleurs auspices : les anciens clients reviennent, j’ai de nouveaux contacts, j’ai créé un partenariat avec un créateur de sites, je rencontre des collègues…

Et si c’était à refaire… ?

Je referais la même chose sans hésiter à une nuance près : j’ai démarré sans un centime en poche, car je ne pensais pas pouvoir emprunter. Or il existe des organismes pour aider les jeunes entreprises, ce dont je n’avais pas connaissance à l’époque (l’ADIE par exemple, les associations en faveur de l’insertion professionnelle des femmes, le Pôle Emploi…). Sans apport, j’ai commencé avec un site internet bidon, des flyers imprimés pour pas chers mais archi moches… Bref, j’ai perdu du temps et, au final, de l’argent.

*

Merci Sophie d’avoir répondu à mes questions !

Retrouvez tout l’univers de Mélimotifs sur son site et sa page Facebook ! Vous pouvez également contacter Sophie à contact[at]melimotifs.com

Pin It on Pinterest

Shares
Share This