Au travers des mails que je reçois, je me rends compte que nombreux sont ceux qui s’interrogent sur le métier d’écrivain public et notamment sur les qualités nécessaires pour l’exercer. Si aucun diplôme n’est exigé pour exercer la profession d’écrivain public, certaines compétences sont, malgré tout, requises. Bien entendu, il faut savoir écrire… mais pas uniquement. D’autres qualités sont nécessaires : des qualités liées à la maîtrise du français, mais aussi des qualités relationnelles ou éthiques.

Voici 5 qualités qui, selon moi, sont indispensables pour se lancer en tant qu’écrivain public.

Avoir des qualités rédactionnelles

Cela peut sembler évident : pour travailler comme écrivain public, il faut aimer la langue française et disposer d‘une plume aiguisée. Maîtriser l’orthographe, la grammaire, la syntaxe, la typographie est essentiel. Si tel n’est pas le cas, de solides révisions s’imposent afin d’être en mesure de fournir un travail de qualité.

Aimer écrire

Il faut aussi être à l’aise à l’écrit. Chacun aura ici ses préférences. Ayant une formation juridique, j’aime particulièrement ce qui concerne le domaine administratif ou juridique (dossiers en tout genre, demande de logement, lettres de réclamation, mises en demeure) ainsi que les lettres Fongecif. D’autres, en revanche, préfèreront les lettres personnelles ou les biographies et récits de vie.

Comprendre les attentes de son interlocuteur

Pour répondre correctement aux attentes de son client, il est essentiel, avant toute chose, de décrypter celles-ci. Que souhaite-t-il exactement ? Qu’attend-il de son écrivain public ? Pour le savoir, il faut être à l’écoute. Parfois, la demande est imprécise, confuse. Il faut alors décoder, se recentrer sur l’essentiel, et ne pas hésiter à poser des questions si les choses ne sont pas claires. Psychologie et sens de l’écoute sont donc indispensables pour comprendre les attentes des personnes qui nous contactent.

Faire preuve d’empathie

Au-delà de la compréhension même des attentes, je dirais qu’il faut également savoir faire preuve d’empathie. Se mettre à la place de son interlocuteur permet, pour ma part en tout cas, de « ressentir » la situation et, bien souvent, de trouver les arguments qui feront que la lettre ou le courrier seront réussis.

Vous l’aurez compris, il est important, même lorsque l’on travaille à distance, d’avoir un goût pour le contact et la volonté d’aider les personnes qui font appel à nous. Car l’écrivain public ne se contente pas d’écrire de manière mécanique, il est là pour accompagner son client dans sa démarche, quitte à l’orienter vers d’autres professionnels si nécessaire.

Rester discret

Discrétion et confidentialité sont également requises. Les clients fournissent à leur écrivain public des informations personnelles. Il peut s’agir de renseignements relatifs à leur vie professionnelle ou familiale, d’un mémoire étudiant, d’un business plan, d’un projet sur lequel ils ont longuement travaillé. Dans tous les cas, il est essentiel que les documents transmis et les échanges restent strictement confidentiels et ne se retrouvent pas entre les mains d’autrui.

*

Voilà quelques qualités qui me semblent indispensables pour se lancer dans le métier d’écrivain public… mais surtout pour durer. Bonne journée 🙂

Crédit photo : Pixabay

Pin It on Pinterest

Shares
Share This